Fourmis

Fourmi noire, charpentière ou pharaon : comment faire la différence ?

Ne dépassant pas les quelques millimètres, la fourmi n’est pas facile à identifier. Pourtant il est important d’en faire la distinction lorsque l’on s’en trouve envahi pour en faciliter l’élimination et se prémunir des risques. Il existe dans le monde plusieurs dizaines de milliers d’espèces de fourmis. En France, 4 d’entre elles se plaisent particulièrement […]

Ne dépassant pas les quelques millimètres, la fourmi n’est pas facile à identifier. Pourtant il est important d’en faire la distinction lorsque l’on s’en trouve envahi pour en faciliter l’élimination et se prémunir des risques. Il existe dans le monde plusieurs dizaines de milliers d’espèces de fourmis. En France, 4 d’entre elles se plaisent particulièrement à venir visiter nos foyers. Fourmis noires ? Fourmis rouges ? Fourmis pharaons ou fourmis charpentières ? Apprenez à faire la différence.

La fourmi noire

Fourmi noire La fourmi noire ou fourmi de jardin est l’espèce la plus répandue. D’une taille de 4 mm environ et de couleur noire-brune, elle vit dans les pelouses du monde entier et n’hésite pas à pénétrer les maisons à la recherche de nourriture. Sucres, déchets, féculents, elle est attirée par tous les restes alimentaires que vous pouvez laisser dans votre cuisine et se déplace en bande pour récupérer le butin et nourrir avec sa colonie. Inoffensive, elle est néanmoins intrusive.

La fourmi rouge

Fourmi rouge Surtout présente dans les milieux chauds et humides (comme les Alpes et la vallée du Rhône), la fourmi rouge établit sa colonie dans les bois, les souches, les jardins, dans la terre ou sous les pierres. C’est sa couleur qui la trahit et la différencie et la réputation qui la précède qui nous la fait craindre. Car pour se défendre, comme pour chasser, la fourmi rouge mord sa proie et injecte dans la plaie une sécrétion venimeuse qui provoque des brûlures et peut aller jusqu’à la réaction allergique.

La fourmi pharaon

Fourmi pharaon La fourmi pharaon ne mesure que 2mm, soit deux fois moins que la fourmi noire, ce qui la fait passer inaperçue. Présente sur toute la surface du globe, elle est contrainte de se réfugier dans les bâtiments chauffés dans les climats tempérés pour survivre. Fissures et planchers des maisons, celliers ou  hôpitaux, elle est très envahissante et prolifère vite. En effet, les colonies de fourmis pharaons comptent plusieurs reines reproductrices et la découverte d’une fourmi implique obligatoirement la présence de centaines d’autres congénères. Elle n’est pas dangereuse pour l’homme mais peut transporter des bactéries, nuisibles en milieu hospitalier ou les lieux de restauration.

La fourmi charpentière

Fourmi charpentiere La fourmi charpentière peut atteindre jusqu’à 25mm et le mâle est paré d’ailes, ce qui rend cette espèce facilement identifiable. En hiver, elle se réfugie dans les maisons où elle base sa colonie dans les poutres et charpentes. Sa présence est signe d’humidité car elle apprécie particulièrement le bois en pourrissement. Contrairement aux termites, elle ne s’en nourrit pas mais éjecte la sciure hors du trou. Les galeries qu’elle creuse fragilisent les structures et les édifices. Les poussières de bois au sol peuvent être révélatrices de leur présence.

Comment prévenir et arrêter l’infestation des fourmis ?

Commencez par lire notre article conseil pour éliminer l’infestation des fourmis.

Articles complémentaires

Articles complémentaires