Puces

Puces : les différentes espèces existantes

Il existe 2 500 espèces identifiées de puces mais au quotidien, nous n’en croisons principalement que trois. Lesquelles et comment les distinguer ? Petit point sur les spécimens auxquels vous risquez d’être confronté. Les puces ont un point commun : leur apparence. Leur corps de couleur jaune ou brun sombre mesure entre 1 et 8 mm de longueur. […]

Il existe 2 500 espèces identifiées de puces mais au quotidien, nous n’en croisons principalement que trois. Lesquelles et comment les distinguer ? Petit point sur les spécimens auxquels vous risquez d’être confronté.

Les puces ont un point commun : leur apparence. Leur corps de couleur jaune ou brun sombre mesure entre 1 et 8 mm de longueur. Légèrement aplati sur le côté, il leur permet de progresser plus facilement dans le pelage. Elles sont entièrement recouvertes de minuscules détecteurs qui leur fournissent de nombreuses informations. Toutefois, elles n’ont pas toutes la même cible…

La puce du chat et du chien (Ctenocephalides felis) 

C’est la puce que nous rencontrons le plus souvent. Dans les zones tempérées, c’est elle qui infeste dans 90 % des cas les chiens et dans 99% des cas, les chats. La puce du chat est un insecte de couleur brune dont la femelle (celle qui pique) mesure entre 2, 5 et 3, 2 mm de long.

Bien qu’adepte du sang des félins domestiqués, la puce n’hésite pas à changer d’hôte au besoin. Chien, lapin, mouton ou furet, elle peut s’en prendre également à l’homme. En plus de démangeaisons, la puce peut transmettre le ténia si elle est ingérée.

La puce du chien (Ctenocephalides canis)

Semblable à la Ctenocephalides felis, la puce du chien ne choisit que l’espèce canine pour s’installer sur son dos. Elle est responsable de 10 % des infestations de nos amis à quatre pattes. Elle est tout aussi nocive que la Ctenocephalides felis et transmet les même pathogènes.

La puce de l’homme (Pulex irritans)

La puce de l’homme existe bel et bien ! Sa présence s’est cependant faite rare en Europe Centrale. Bien souvent, quand vos mollets sont attaqués, il s’agit des dommages collatéraux de la présence de puces de chat ou de puces de chien. Avec un cycle biologique semblable aux puces du chien et du chat, la puce de l’homme est également vectrice de bactéries et de virus pathogènes. Par contact (ses matières fécales sur la peau) ou par piqûre,  elle peut transmettre le typhus et la peste si elle en est porteuse. Il est aussi possible qu’elle transmette le ténia ou d’autres types de vers solitaires, les enfants étant particulièrement exposés à ce risque.

L’aérosol à diffusion automatique Spécial Puces et Larves Kapo Choc est idéal pour éliminer tous les individus et empêcher une infestation en stoppant la croissance des larves.

Si les puces possèdent chacune leur spécificité, leur comportement général et les risques auxquels elles exposent leurs hôtes sont sensiblement les mêmes. Il ne faut donc pas attendre pour agir quand vous constatez leur présence !

Le produit Kapo conseillé dans l'article :

Articles complémentaires

Articles complémentaires

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*